Eric Satie : L’Οmnibus – Αutomobile [1905] [reblog]

from Oannes *

🎧 click on the image to see original post and listen…

Συνεχίζουμε το αφιέρωμα σε τραγούδια σχετικά με αυτοκίνητα, με ένα του Eric Satie σε στίχους του Vincent Hyspa.
Προτιμώ τη συγκεκριμένη, ανάλαφρη και σε ταχύτερο τέμπο απόδοση της νεαρής Καναδής σοπράνο Measha Brueggergosman. Από το άλμπουμ της Surprise του 2008, με τραγούδια των William Bolcom, Satie και Schoenberg.

We continue our tribute to car-related songs with one by Eric Satie – lyrics by Vincent Hyspa.
I pick this particular, light and at a faster tempo performance by young Canadian soprano Measha Brueggergosman.
It is on her 2008 album Surprise – songs by William Bolcom, Satie and Schoenberg.

◼︎

C’était pendant l’horreur du Quatorze Juillet,
Il faisait chaud, très chaud, sur la place Pigalle.
Un gros ballon, sans bruit, gravement ambulait
Par la route céleste unique et nationale.
Il faisait soif, très soif et le petit jet d’eau,
Esclave du destin, montait de bas en haut.

Il était environ neuf heures trente-cinq,
La douce nuit venait de tomber avec grâce.
Et le petit jet d’eau pleurait sur le bassin,
Lorsque je vis passer au milieu de la place
Un omnibus, automobile, entendez-vous,
Avec de grands yeux verts et rouges de hibou.

L’omnibus était vide et l’écriteau “Complet”
Détachait sur fond bleu ses sept lettres de flamme.
Je suivis au galop le monstre qui passait
En écrasant avec des airs d’hippopotame
Des femmes, des enfants, des chiens et des sergots.
Des députés et des tas d’autres animaux.

Enfin il s’arrêta place de l’Opéra
Et je vis qu’il était chargé de sacs de plâtre.
Ces sacs, me dit le conducteur, ces sacs sont là
Pour remplacer le voyageur acariâtre;
Nous faisons des essais depuis plus de vingt mois
Et ces sacs sont pour nous autant de gens de poids.

Mais pourquoi, dis-je au bon conducteur de l’auto
Qui venait d’écraser ces piétons anonnymes,
Pourquoi des sacs plutôt que ce cher populo?
C’est, me répondit-il, sur un ton de maxime,
C’est, voyez-vous, pour éviter des accidents
De personnes qui pourraient bien être dedans.

C’était pendant l’horreur du Quatorze Juillet,
Il faisait chaud, très chaud, sur la place Pigalle.
Un gros ballon, sans bruit, gravement ambulait
Par la route céleste unique et nationale.
Il faisait soif, très soif et le petit jet d’eau,
Prisonnier du destin, montait de bas en haut.

Enjoy!


As always, I’m happy to hear your thoughts, however I’d highly recommend a direct dialogue with the …’source’ [why comments are closed here], so please visit Oannes’ page where you can also listen to the song !

More about these reblogs

* For my friends who didn’t know, or first timers here, Oannes [aka Socratis Papahatzis] is my husband, partner in life and music and the one with my undying admiration. Together we have a band MK-O [the music of Marina Kanavaki & Oannes]. So, it’s my pleasure to share with you his [and sometimes mine] musical selections. • Do visit his site. He has my highest recommendation!